Tourisme ordinaire, classe inversée et relatives… Retour d’expérience

Le tourisme est un thème souvent abordé en cours de langues : le « tourisme ordinaire », qui oblige chacun d’entre nous à avoir un regard différent sur ses lieux quotidiens et à se demander quels sont ses endroits préférés, peu connus des touristes mais qui ont une saveur certaine pour les autochtones, s’avère être un excellent sujet pour faire faire des tâches finales à nos apprenants, en sortant des sentiers battus du tourisme normal, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, dans un pays francophone ou pas.

Voici un retour d’expérience avec mes apprenants qui visent le niveau B2.

L’unité pédagogique qui portait sur le tourisme aujourd’hui proposait comme objectifs linguistiques, entre autres, d’enrichir le lexique du tourisme et d’approfondir l’emploi des propositions relatives, notamment avec des pronoms relatifs composés.

Ce dernier point a été fait en classe inversée : deux capsules ont été proposées, de deux niveaux de difficultés différents. L’une visant une mise à niveau des pré-requis et rappelant le principe de la relative, l’autre ayant comme objectif de commencer à faire comprendre le fonctionnement des relatifs composés. Chaque capsule est accompagnée d’une feuille de route permettant de prendre des notes, de gagner du temps et de commencer à faire des exercices. Mes apprenants étant plutôt motivés, je leur ai laissé le choix de regarder seulement la seconde capsule ou les deux, tout en leur expliquant l’intérêt de chacune, afin de stimuler leur autonomie.

Plus tard, une autre capsule a été envoyée pour définir la tâche finale : ce qui a permis de gagner du temps et surtout de redonner la parole aux apprenants qui ont posé des questions sur ce qui n’avait pas été dit ou compris dans la capsule, au lieu de m’écouter passivement leur expliquer le projet.

Capture d_écran 2017-04-07 à 15.03.41

Et voici quelques productions finales qui, vu le nombre de propositions relatives qu’elles contiennent, prouvent à elles seules combien on peut faire de la grammaire autrement et surtout combien classe inversée et perspective actionnelle se complètent harmonieusement.

Capture d_écran 2017-04-07 à 14.50.43
« L’atelier du chocolat » par Loma et Iri
Capture d_écran 2017-04-07 à 14.53.33
« Le russe d’Artigarrède » par Junhee et Dongkyoung
Capture d_écran 2017-04-07 à 15.01.01
« Le parc du château loin des sentiers battus » par Miriam

Pour donner encore plus de sens à la production finale, nous avons eu le plaisir de rencontrer les étudiants du Master2 Tourisme de l’UPPA qui travaillaient de leur côté et de manière bien différente sur la mise en tourisme des lieux ordinaires de la ville de Pau. Les apprenants Fle leur ont présenté leurs vidéos, puis ont répondu aux questions et échangé avec ces « spécialistes », intéressés par ces regards « étrangers » portés sur la ville. Beau moment d’échanges interculturels !

 

 

Littérature et classe inversée ? Quelques pistes proposées à Eidos64

L’objectif de mon atelier d’Eidos64 du 25 janvier 2017 était de proposer quelques pistes pour enseigner la littérature en utilisant la classe inversée de manière sporadique. J’ai invité les participants à regarder en amont de cet atelier une capsule afin de les mettre en posture de classe inversée et de leur faire partager une des approches de la classe inversée.

Littérature et classe inversée from Geraldine L on Vimeo.

Après un échange de réactions, de questionnements, j’ai proposé aux participants deux pistes à explorer :

  • faciliter l’entrée en lecture des textes longs qui peuvent engendrer une angoisse, voire un renoncement chez les apprenants non natifs et même chez les natifs…

Voici le support présenté avec explication du titre, lecture de la première page et mise en place d’hypothèses de lecture :

Petites pratiques germanopratines from Geraldine L on Vimeo.

Autre exemple pour faciliter l’entrée dans une oeuvre intégrale avec points de repère biographiques, rapide genèse de l’oeuvre et présentation du schéma des personnages.

  • inverser une séquence de littérature : comment, grâce à la classe inversée, peut-on déplacer le curseur de l’apprentissage et mettre l’accent, non pas sur l’acquisition des connaissances, mais sur l’appropriation des textes en stimulant la part de créativité des apprenants ?

Le support présenté pour aborder Le Cid de Corneille :

– capsule sur la tragédie classique

capsule faite par les apprenants pour analyser une stance : commentaire collectif d’une stance et participation a posteriori de l’enseignant pour ajouter quelques idées manquantes.

Le support présenté pour la séquence sur les Calligrammes d’Apollinaire :

capsule pour présenter Apollinaire avec un quiz intégré

capsule faite par une apprenante pour analyser sa production

Cet article est une présentation des supports partagés pendant l’atelier ; il manque toutes les explications, les échanges, les réactions…

Cliquez ici pour voir la présentation sous forme d’interview par LudoMag.

Tragédie classique et capsules

Comment enseigner la tragédie classique et sensibiliser des étudiants étrangers au dilemme cornélien en 2 heures sans qu’ils ne s’endorment en écoutant passivement les stances du Cid ?

capture-decran-2016-10-30-a-22-05-07

Voici quelques pistes à exploiter pour des cours relevant les mêmes défis :

  • La tragédie classique en classe inversée

La tragédie classique a été présentée sous forme de capsule que les apprenants ont regardée chez eux en prenant des notes. En 5 minutes, il est impossible de présenter un tel sujet. Néanmoins, cette capsule a donné un premier cadre, un premier niveau de connaissances que nous avons complété en présentiel lorsque, en cours, les étudiants ont reconstruit ces premières connaissances sur la tragédie classique. J’ai alors pu approfondir, donner des exemples sans monopoliser la parole et en les faisant participer et comparer avec le drame shakespearien qu’ils connaissaient tous.

  • Modélisation des attentes

Ensuite, nous avons abordé la pièce avec un schéma des personnages (en version simplifiée) et nous avons étudié la première stance ensemble pour mettre en lumière le dilemme et la douleur de Rodrigue en nous appuyant sur quelques figures de style.

  • Création d’une capsule par les apprenants

capture-decran-2016-10-30-a-21-57-30

Ensuite, continuer à ce rythme l’étude de toutes les stances aurait démotivé les étudiants dont l’effort cognitif était déjà très élevé pour une compréhension littérale du texte. Il était nécessaire de les rendre actifs. J’ai donc choisi de privilégier la qualité de leur lecture à la quantité (la lecture de l’intégralité des stances). Ils ont alors travaillé en petits groupes avec une tablette et l’application Explain Everything : chaque groupe devait étudier une stance et produire une petite capsule dans laquelle serait présentée une courte analyse de la stance, en utilisant les outils tels que le laser, le crayon et en enregistrant la voix. Ainsi, après un moment de stress tout à fait compréhensible, les groupes se sont mis au travail en collaborant, s’entraidant, négociant, etc. Dix minutes avant la fin du cours, tous les groupes sont partis à la recherche d’un lieu silencieux pour l’enregistrement des commentaires et le travail était terminé pour tous à l’heure.

  • Une capsule d’apprenants complétée par le prof

Lorsque j’ai regardé les capsules, j’ai constaté qu’il manquait certains commentaires : j’ai donc pris la liberté d’ajouter certaines remarques à la fin de chaque capsule, à la fois pour équilibrer les analyses mais aussi pour compléter cette polyphonie et pour poursuivre ce travail de co-construction de la classe inversée qui met l’enseignant à côté des apprenants et non plus sur un piédestal.

Le bilan en ce qui concerne la motivation est plutôt positif : chacun a dû s’investir et être actif pour faire ressortir ce dilemme en observant attentivement la syntaxe, le lexique. L’ambiance était vraiment studieuse et dynamique.

  • Donner du sens à l’ensemble des capsules

Chaque étudiant a reçu les liens de toutes les capsules (voici un exemple) et doit les regarder, prendre des notes pour être capable de faire un commentaire du même type à partir d’un autre extrait de tragédie.

Certes, tous n’ont pas lu l’ensemble des stances. Mais lors du prochain cours, nous regarderons une mise en scène de cet extrait et le puzzle des analyses permettra à chacun de sentir le dilemme en extrapolant ce qui a été dit dans une stance à toutes les stances.

 

Ressources pour travailler l’expression de la comparaison

Voici quelques pistes pour travailler l’expression de la comparaison avec des supports numériques : (1) tout d’abord des documents authentiques favorisant l’expression de la comparaison ; (2) ensuite des capsules pour ceux qui voudraient travailler en classe inversée.

(1) Voici quelques supports visuels authentiques pour le réinvestissement de la comparaison, qui plaisent beaucoup aux apprenants :

  • les célèbres photos de Peter Menzel : ce que consomment différentes familles de plusieurs pays en une semaine
Capture d’écran 2016-06-09 à 16.10.31
Extrait de l’article du Monde : succès unanime du petit déj turc !

Il est possible de poursuivre l’activité en demandant aux apprenants de prendre une photo de leur petit déjeuner et de coller les photos sur un mur virtuel pour créer un document qui servira de support de production orale. En voici un exemple.

Capture d’écran 2016-06-09 à 16.29.47
Padlet des petits déjeuners de mon groupe
  • la comparaison des plateaux-repas dans les avions : cet article de ZNN compare non seulement les plateaux des compagnies entre elles, mais aussi les repas de la classe éco avec ceux de la première classe de chaque compagnie.
Capture d’écran 2016-06-09 à 16.16.13
Exemple de plateau-repas de Lufthansa Classe affaire sur le site de ZNN

 

  • la comparaison de ce que mangent les enfants de différents pays à la cantine dans cet article de demotivateur.fr
Capture d’écran 2016-06-09 à 16.08.41
Exemple de repas pris à la cantine (article de demotivateur.fr)

(2) Pour ceux qui veulent passer par la classe inversée, voici deux capsules que j’ai données à mes apprenants : ils les ont regardées chez eux avec une feuille de route à remplir tout en visionnant la vidéo à leur rythme.

  • La première est de niveau A2 et a été faite à partir de « La cantatrice chauve » de Ionesco (dont nous avons lu la scène d’exposition). Elle n’est pas vraiment réutilisable telle quelle car elle contient des allusions au travail fait en cours avec mes étudiants. Mais elle peut donner des pistes pour scénariser une capsule.

 

Comparaison 1 from Geraldine L on Vimeo.

Et voici la feuille de route pour les apprenants.

  • La seconde est plutôt de niveau B2 pour travailler la comparaison avec des nombres (ex : J’ai deux ans de plus que toi).

Comparaison avec des nombres from Geraldine L on Vimeo.

Et voici la feuille de route.

 

Apprendre à argumenter avec une capsule faite à partir d’une production d’apprenant

Pour (re)voir la méthode d’argumentation (de type Delf B2), je suis partie de la production de mes étudiants et, plutôt que de faire un cours magistral pour répéter ce que doit contenir une introduction, quelle structure doit suivre chaque paragraphe, etc., j’ai choisi de photographier la production d’une étudiante qui m’a donné son accord pour en faire une capsule de méthodologie.

Capture d’écran 2016-01-03 à 15.48.24
Capsule « Structurer son argumentation »

Le fait de partir de la production d’une personne du groupe a permis de viser au mieux le niveau initial « réel » pour argumenter et d’éviter de mettre la barre trop haut, ce qui aurait pu en décourager certains.

Un autre avantage est que cette copie n’est pas une production parfaite : au contraire, le fait qu’elle présente des imperfections non seulement dédramatise les erreurs des autres apprenants, mais permet de mettre en évidence ce qu’il faut éviter, comme, par exemple, l’absence de séparation typographique entre l’introduction et le premier paragraphe. En partant de la production d’un apprenant, on évite ainsi la dimension désincarnée et abstraite d’un cours théorique de méthodologie et la capsule permet, en fin de parcours, un résumé qui reprend les grandes lignes de la théorie.

Enfin cette capsule a été efficace car elle conserve un contexte affectif qui les concerne : ils ont chacun fait l’exercice avec ce sujet sur la Cop21, connaissent tous celle qui a écrit et reconnaissent la voix de leur enseignante qui leur donne des conseils. Il me semble évident que si j’avais pris une capsule toute faite sans ce contexte affectif, elle n’aurait pas eu la même efficacité.

Est-ce de la classe inversée ? Oui, dans le sens où les étudiants ont regardé chez eux la capsule pour reconstituer la méthodologie de l’argumentation et où cela nous a fait gagner du temps pour enchaîner sur un autre exercice d’argumentation pendant le cours en présentiel au lieu de perdre du temps à prendre des notes sur comment argumenter.

Enseigner la grammaire avec la classe inversée en FLE : retour d’expérience (varier les expressions du but)

Voici un retour d’expérience d’un cours de grammaire fait en classe inversée, spécialement dédié à ma nouvelle équipe qui commence à s’immiscer dans les joyeux mystères de la classe inversée, notamment en participant aux enregistrements des dialogues !

Mon objectif était de faire prendre conscience à mes étudiants qu’il existe d’autres moyens pour exprimer le but que « pour » et « pour que ». J’ai donc choisi de faire une capsule à partir d’un dialogue qui, loin d’être authentique, concentrait (presque) toutes les possibilités pour exprimer le but et qui sert de document déclencheur à la capsule. J’ai choisi de ne pas donner la transcription du dialogue sur la feuille de route de manière à obliger les étudiants à être attentifs au dialogue enregistré.

Voici la capsule envoyée aux étudiants et la feuille de route sur Exprimer le but FDR qu’ils ont remplie chez eux. La capsule a été vue au moins 2 fois par chacun de mes 16 étudiants. Et certains l’ont regardée à nouveau après le cours en présentiel.

Capture d’écran 2015-11-06 à 15.44.22

En cours,

  • nous avons commencé par les impressions et les questions : un étudiant m’a fait remarqué que j’avais utilisé un lexique trop technique (« subordonnée », « conjonction de subordination », « préposition »). Nous avons dû revenir sur ces termes et les expliquer.
  • Puis nous avons inversé la classe : j’ai cédé ma place à une étudiante qui a expliqué aux autres et à celui qui n’avait pas vu la capsule ce qu’elle avait retenu d’important. Le fait que le cours soit reformulé par un apprenant, avec ses propres mots et ses propres exemples a augmenté le niveau d’attention du groupe, car, dès que l’étudiante qui expliquait a eu un problème, un autre étudiant a pris le relai et s’est déplacé au tableau pour aller écrire son propre exemple. Ces déplacements spatiaux participent au dynamisme du cours et ont d’après moi une importance fondamentale car, à tout moment, chacun peut intervenir spontanément ou sur demande, pour contribuer à la bonne compréhension de la notion, il doit être susceptible de répondre, de corriger, d’aider. La pédagogie active passe donc par la co-reconstruction du savoir mais aussi par le déplacement physique…
    DSC_5409
    Reconstitution du cours et proposition d’exemples faits de manière collaborative : R. corrige l’exemple de M.

    Inutile de parler du réinvestissement oral, au moins aussi important que le réinvestissement écrit.

  • Bien sûr, tout ce cours est en grande partie basé sur l’improvisation à partir du canevas de la capsule. J’ai pu découvrir en direct les faiblesses de ma capsule à leurs difficultés : j’aurais dû commencer par un exemple avec « pour » et « pour que », séparer l’expression du but de celle de la crainte. Mais j’ai aussi eu de bonnes surprises, notamment leur engouement pour l’outil le plus difficile (la relative au subjonctif après l’expression du souhait) et pour trouver des exemples d’utilisation dans la vie quotidienne.

    La phrase qui nous a fait le plus rire :
    La phrase qui nous a fait le plus rire : « Je fait des ménages de façon à ce que ma femme soit contente. »
  • Cette séance sera suivie par des exercices structuraux à faire à la maison et par un quiz en ligne de 10 items de plus en plus difficiles. La (petite) tâche complexe qui donne du sens à l’apprentissage de cette notion : un exercice de réécriture individuelle d’un court texte expliquant pour quoi ils apprennent le français et dans lequel ils devront varier l’expression du but. J’avais déjà demandé cet exercice en début d’année et je mettrai en parallèle pour chaque étudiant la production du début d’année et celle du week-end pour mesurer l’enrichissement des phrases et leur degré de complexité.
  • En conclusion, si je compare ce cours avec le cours que j’aurais pu faire sans inverser la classe, je pense que sur le plan des résultats, il y a peu de différences. Toutefois, nous avons eu tous beaucoup de plaisir à vivre ce cours car il se transforme en grand jeu de rôles où les rôles sont inversés et redistribués : l’enseignant est là, toujours chef d’orchestre, mais discret. On peut compter sur lui en cas de panne, d’impasse, mais les apprenants prennent en main la notion pour se l’approprier. Et sur le long terme, cette prise en main devrait se faire sentir et devenir plus spontanée car elle a tout de suite été placée sous le signe de l’autonomie.

İnverser la classe dès le premier soir : retour d’expérience

Partant du postulat que l’enseignant de FLE doit tenter de limiter son temps de parole pour favoriser la production orale des étudiants, j’ai tenté cette année d’inverser la classe le plus rapidement possible, dès le deuxième jour, et surtout, après avoir récupéré les adresses de messagerie de mes étudiants pour leur envoyer une capsule.

Après les présentations de chaque étudiant lors du traditionnel tour de table, le premier cours adopte souvent un format magistral car il faut parler des objectifs, du programme, des règles de fonctionnement, etc. Aussi ai-je tenté de briser ce monopole de la parole enseignante en inversant la classe le plus vite possible : mes étudiants (niveau B1) ont regardé le soir, chez eux, à leur rythme une capsule qui leur indiquait les règles à respecter pour favoriser le bon fonctionnement du cours et leur intégration en France tout en remplissant une feuille de route visant à faciliter la prise de notes et la mémorisation.

Le bilan est très positif : le lendemain, assise parmi eux, j’ai écouté leur retour, leur reconstitution de ces règles, en n’intervenant que très ponctuellement. Ils étaient actifs et attentifs, se posaient des questions et y répondaient (par exemple, Peut-on boire de l’eau en cours ?), alors qu’un cours traditionnel les aurait rendus passifs. D’autre part, le fait d’avoir écouté un modèle la veille leur a fourni un « canevas » pour s’exprimer de sorte que les plus timides, les plus faibles à l’oral ont osé prendre la parole car ils n’avaient pas à trop s’exposer, leur prise de risque était limitée. Enfin, un autre avantage de cette inversion rapide repose sur le dynamisme initié dès le début de l’année : les autres capsules sont arrivées « naturellement » dans les pratiques de classe.