Pour ou contre l’écriture et la grammaire inclusives ? Ressources didactisées pour le #Fle #B2/#C1

Dans le débat actuel sur l’écriture et la grammaire inclusives, les francophones sont mentionné.e.s, tant par les contempteurs d’une nouvelle règle (« Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète. » Déclaration de l’Académie française) que par les partisans (« Nous appelons les citoyennes et les citoyens francophones à en faire autant. » Manifeste des 314). Et si on demandait directement leur opinion aux personnes dont le français n’est pas la langue maternelle ? Que pensent-elles de l’idée de modifier la règle d’accord « Le masculin l’emporte sur le féminin » ?

DSC_8036 (1)
Traces de notre premier cours

Voilà une belle occasion d’exploiter pédagogiquement ce débat avec nos apprenants et nos apprenantes en FLE et d’en profiter pour réfléchir à la langue française en la comparant aux différentes langues parlées dans nos cours. C’est ce que j’ai fait avec mes apprenants (niveau à atteindre B2) et j’en profite pour partager une scénarisation (lacunaire) de séquence pédagogique autour du thème avec d’autres enseignant.e.s que le sujet pourrait intéresser.

J’ai choisi de garder une certaine impartialité en proposant autant de documents POUR que de documents CONTRE afin que les apprenant.e.s puissent se faire leur propre idée sur la question.

Les objectifs de la séquence sont :

  • mieux connaître l’histoire et le fonctionnement de la langue française
  • être capable de comprendre une argumentation en dégageant les arguments donnés (pour et contre)
  • être capable de définir une thèse personnelle en l’étayant avec des arguments et des exemples.

Déroulement (à titre indicatif) :

  1. Documents déclencheurs :
    1. Texte écrit (non authentique) photocopié et projeté au tableau dans lequel est appliquée la grammaire inclusive et auquel il faut réagir
      • Pour plus d’efficacité, j’ai choisi d’écrire moi-même un court texte, plutôt que de partir d’un document authentique.
      • Capture d_écran 2017-11-14 à 21.42.16
        Exemple de texte déclencheur
      • Certain.e.s ont fait des remarques sur le contenu, content.e.s de mon appréciation ; une étudiante m’a timidement expliqué que, dans son université américaine, on lui avait appris que le masculin « était plus fort » que le féminin. Et la discussion est partie…
    2. Court reportage vidéo “Les hommes et les femmes sont belles”, tiré du site de France Info qui permet une première approche du débat, assez simple, très pédagogique. La problématique est lancée et le vocabulaire commence à s’étayer.

      http://www.francetvinfo.fr/societe/education/ecriture-inclusive/video-les-hommes-et-les-femmes-sont-belles-quand-des-professeurs-pronent-l-accord-de-proximite_2459638.h

    3. Second reportage vidéo un peu plus complexe “L’écriture inclusive : hérésie ou évolution ?” provenant aussi de France Info, qui permet de commencer à distinguer les arguments des deux parties http://www.francetvinfo.fr/culture/nouvelles-ecritures/l-ecriture-inclusive-heresie-ou-evolution_2441297.html 
    4. Compréhension écrite 1 à partir de la Déclaration de l’Académie française sur l’écriture « dite » « inclusive
      1. Texte : http://www.academie-francaise.fr/actualites/declaration-de-lacademie-francaise-sur-lecriture-dite-inclusive
      2. Voici un questionnaire dont l’objectif est de mettre en valeur les arguments CONTRE et certains modalisateursCapture d_écran 2017-11-15 à 12.47.52
    5. Compréhension écrite 2 à partir du Manifeste des 314 qui poursuit les mêmes objectifs autour de la découverte de l’argumentation et propose des arguments POUR un nouvel accord.
      1. Manifeste
      2. Le questionnaire sur le Manifeste proposé aux apprenant.e.sCapture d_écran 2017-11-15 à 12.37.39
    6. Compréhension orale à partir d’un extrait de l’émission « C politique » du 12/11/2017 opposant Françoise Cahen (en faveur de l’accord de proximité) à Frédéric Vitoux (contre cet accord). Durée : 9 minutes environ. Attention : le niveau est plutôt C1 !
      1. Lien vers l’émission « C Politique » du 12/11/2017 Extrait de 16’30 à 25’52
      2. Questionnaire de compréhension orale pour amener les apprenants à faire la liste des arguments pour ou contre l’accord de proximité.Capture d_écran 2017-11-15 à 12.53.45

Et pourquoi ne pas terminer

  • par la rédaction d’une argumentation personnelle
  • un débat : en cours, deux tendances sont ressorties. D’un côté, ceux et celles qui défendent la conception d’une langue utile et efficace, contre le manifeste qui risque d’augmenter les difficultés du français, surtout pour les apprenant.e.s en FLE. D’un autre côté, ceux et celles qui pensent que faire un effort pour changer les habitudes vaut la peine pour que les valeurs de la société française soient en accord avec sa grammaire.
  • par un vote en cours pour savoir s’il faut réformer la règle actuelle
  • par un sondage sur l’écriture ou la grammaire inclusive invitant les apprenant.e.s à rencontrer d’autres francophones pour débattre afin de réinvestir ce qui aura été appris sur l’argumentation ?

 

Le TrèFLE Blog collaboratif d’étudiants en master 2 #FLE à l’UPPA

Voici un beau projet qui se concrétise : un blog collaboratif créé dans le cadre de l’UE Tice, par nos étudiants de Master2 Fle, de l’Université de Pau et Pays de l’Adour, baptisé, le TrèFLE …

Capture d_écran 2017-10-17 à 14.22.37

 

Qu’est-ce que ce blog ? Qui en sont les auteurs ?

Pour mieux connaître les auteur.e.s et les objectifs du blog, je vous invite à vous y plonger directement … : le TrèFLE

Capture d_écran 2017-10-17 à 12.49.19

Un blog pour qui ?

Le beau projet des auteurs de ce blog est, pour reprendre la démarche du fameux blog İ-Voix lancé par Jean-Michel Le Baut, de transmettre les clés du blog à la prochaine promotion de Master 2 afin qu’il soit une continuité entre les différentes promotions de Master Fle à l’université.

Aussi ce blog est-il dès sa création ouvert aux étudiant.e.s de M1 FLE de l’Univ. de Pau, mais aussi aux enseignant.e.s de Master Fle et DU Fle, aux enseignantes de l’İEFE (l’İnstitut d’Etudes Françaises pour Etudiants étangers) avec lequel les blogueurs travaillent en étroite collaboration et bien sûr, plus largement à toutes les personnes qui étudient ou travaillent dans l’univers du FLE, du français.

Capture d_écran 2017-10-17 à 14.26.20

Côté enseignante ?

En invitant les étudiants à se lancer dans cette aventure, mes objectifs sont multiples et variés :

  • Faire comprendre qu’il ne suffit pas de se contenter d’être passifs sur İnternet, de grappiller des documents, des idées. Etre plutôt actifs, écrire, publier, partager pour profiter des potentialités du web 2.0 comme nous y invite Christian Ollivier. Donc, sortir du monde de l’université pour voir ce qui s’y fait et pour y être présents.
  • Mesurer les possibilités des blogs en tant que futur.e.s enseignant.e.s en FLE pour donner du sens et mettre en valeur les productions des élèves.
  • Stimuler le travail collaboratif à ce moment charnière entre la fin des études et le début de la vie professionnelle
  • Mettre en évidence les atouts de l’auto-formation et de la formation par les pairs
  • Et éventuellement, renforcer à, une petite échelle, l’identité du groupe.

Bonne navigation !

 

 

 

Classe inversée et littérature : « Art » de Yasmina Reza

Voici un exemple de classe inversée utilisé pour étudier la pièce « Art » de Yasmina Reza avec des étudiants étrangers. Contrairement aux autres exemples proposés sur ce blog qui présentaient des auteurs classiques du Moyen Age au XXeme siècle, j’ai fait une capsule de découverte d’une autrice contemporaine.

Dans cette capsule, j’ai essayé de rendre plus interactifs les apprenants : dans les capsules précédentes, même s’ils étaient actifs lors du visionnage en prenant des notes, restait un sentiment de frustration dans le sens où ils étaient encore trop dépendants d’un transfert d’informations. Ils regardaient la capsule, faisaient un excellent exercice de compréhension orale et de prise de notes, certes. Toutefois, ils n’intervenaient pas assez activement à mon goût dans la recherche d’informations.

Aussi ai-je proposé dans cette capsule

  • comme d’habitude, un cadre structurant pour classer les informations afin de faciliter la mémorisation. Il s’agit surtout d’un cadre, d’un canevas (éléments biographiques / dramaturge à succès/ artiste polymorphe) que les apprenants ont dû compléter par des recherches personnelles. En présentiel, nous avons mis en commun toutes ces informations pour enrichir les données initialement proposées dans la capsule.

 

Capture d_écran 2017-10-17 à 10.19.48
Extrait de la capsule
  • des extraits d’articles illustrant telle ou telle facette de la dramaturge, que l’apprenant doit lire pour en retirer l’information importante. Il suffit de mettre sur pause pour prendre le temps de lire l’extrait d’article et pour en faire, par exemple, une analyse de la réception de la pièce en France, comme l’illustre l’image ci-dessous.
Capture d_écran 2017-10-17 à 10.20.41
Extrait de la capsule

 

 

S’appuyer sur des extraits d’articles de presse est bien sûr plus facile pour des auteurs/autrices du XXe ou du XXIe que pour les autres. Mais l’on peut aussi s’appuyer sur des articles critiques portant sur Stendhal ou Voltaire pour concevoir une capsule plus dynamique, plutôt que de transférer toutes les informations.

Capture d_écran 2017-10-17 à 10.21.28

Le bilan de cette activité est positif dans le sens où

  • il m’a permis de ne pas faire un cours de type magistral où j’aurais monopolisé la parole en transférant toutes ces informations en début de cours : ce sont les apprenants qui ont collaboré oralement pour compléter ces informations. Ils ont réellement appris les uns des autres, en fonction des articles trouvés dans leur pays d’origine et/ou dans leur L1 de sorte que nous avons reconstitué une vison internationale et interculturelle de cette dramaturge. Nous avons pu constater par exemple que Y. Reza fait bien plus l’unanimité en Argentine, au Chili qu’en France.
  • les apprenants sont arrivés en connaissant non seulement le nouveau thème mais en ayant des informations, en ayant fait des recherches si bien que nous avons pu entrer dans le vif du sujet plus rapidement et nous confronter à la pièce avec une intensité autre que si le thème avait été découvert au début du cours.

Capsule proposée

Beekast, un outil intéressant pour renouveler le remue-méninges et le travail collaboratif

Beekast, outil découvert et testé à Ludovia14, est un site qui permet de rendre ses apprenants actifs dans le sens où ils peuvent écrire et participer individuellement ou en groupes, aux « activités » proposées, via un smartphone, une tablette ou un ordinateur,

  • en présentiel pour dynamiser le cours : les participants répondent aux questions, écrivent en direct et le résultat peut être diffusé en direct ou projeté à la fin pour créer un effet de surprise ;
  • et pourquoi pas, à distance, ce qui permet de laisser le temps à chaque apprenant de peser les mots choisis, de rechercher un concept oublié. On découvre le résultat ensemble en présentiel.

Il suffit pour les participants d’aller sur le site de Beekast et de taper un code très simple donné par l’enseignant. Le point fort de ce site est la simplicité de son utilisation.

Capture d_écran 2017-09-14 à 10.13.25

Voici quelques pistes d’exploitation pédagogique en Fle, en littérature et en UE Tice en Master Fle :

  1. Renouveler le remue-méninges : ce site permet, entre autres, de renouveler l’étape du remue-méninges au début d’un cours en créant un nuage de mots collaboratif en temps réel. Le nuage peut être projeté en direct ou montré seulement à la fin de l’activité.
Capture d_écran 2017-09-10 à 11.42.26
Exemple de nuage de mots en UE Tice (côté enseignant)
Capture d_écran 2017-09-10 à 18.44.45
Exemple de nuage de mots en UE Tice (côté enseignant)

L’activité peut servir à caractériser les représentations des apprenants sur un sujet, comme dans l’exemple ci-dessous où j’ai demandé à mes étudiants des adjectifs pour caractériser leurs représentations des outils numériques en amont du cours.

Capture d_écran 2017-09-13 à 18.59.20
Exemple de nuage de mots en UE Tice (côté étudiants)

En cours de langues, le nuage permet de montrer tout le lexique déjà connu sur un thème précis par exemple.

En littérature, il peut servir à mettre en évidence les mots-clés déjà connus sur un mouvement ou une époque.

Capture d_écran 2017-09-18 à 16.57.47
Exemple de nuage de mots en littérature (côté apprenants)

Une limite toutefois : au fur et à mesure que les apprenants écrivent les mots, une liste de mots suggérés apparaît, qui peut influencer les choix de chacun.

2) Faire une liste d’idées à partir d’un sujet dans des catégories pré-définies : Une autre activité intéressante est le « brainstorming » qui invite les participants à écrire non plus un seul mot comme dans le nuage de mots, mais une courte phrase (140 caractères maximum) sur un thème que l’on peut diviser au préalable en catégories pour guider la réflexion, comme une préparation de carte mentale.

Capture d_écran 2017-09-10 à 11.52.27
Activité « Brainstorming » côté enseignant

Voici, ci-dessous, un exemple de tableau rempli par les apprenants, individuellement ou en groupes : il est ainsi possible de repérer les idées similaires dans une catégorie, de les mettre en avant en les « likant » anonymement. C’est un excellent support pour faire réagir apprenants ou étudiants en les invitant à commenter les idées des autres, d’autant plus que ces idées sont données anonymement : la « face » de chacun est ainsi protégée.

Capture d_écran 2017-09-10 à 11.58.50

« Brainstorming » peut être aussi utilisé comme un nuage de mots structuré en catégories comme dans l’exemple ci-dessous où les apprenants n’écrivent que des mots, des concepts.

Capture d_écran 2017-09-13 à 19.18.36

Il est aussi possible d’utiliser ce tableau pour proposer aux élèves de rechercher des idées dans le cadre d’une argumentation avec une structure préétablie et en demandant aux groupes de chercher des arguments ou des exemples.

3) Une autre piste intéressante suggérée par mes étudiants est d’utiliser « Brainstorming » comme support pour une évaluation formative « flash » et collective : on crée les sous-catégories et on demande aux apprenants de compléter chaque catégorie avec les idées dont ils se souviennent pour chacune d’elles afin de voir ce qu’ils ont retenu. Il faut toutefois savoir qu’au fur et à mesure que chaque apprenant écrit une idée, il peut voir ce que les autres ont écrit.

4) Plus classique, l’activité « Formulaire », dont les réponses ne sont visibles que par l’enseignant, permet de préparer un questionnaire très facilement avec, au choix, des QCM ou des questions ouvertes.

Capture d_écran 2017-09-13 à 19.26.08
Ex de « Formulaire » avec les 2 types de questions (côté enseignant)

Capture d_écran 2017-09-13 à 19.28.41

Capture d_écran 2017-09-13 à 19.36.07
Ex de présentation des résultats du « formulaire »

 

 

 

 

 

 

On peut donc l’utiliser pour pour récolter des données plus personnelles, pour sonder les apprenants dans le cadre d’un projet, pour faire un questionnaire d’évaluation du cours, pour un questionnaire en évaluation formative, etc.

Beekast propose aussi les activités « Vote » et « Quiz », ainsi que « Mur de Selfies » qui m’a paru un peu gadget dans le sens où chaque apprenant se prend en photo et poste celle-ci sur le mur, mais sans pouvoir ajouter son prénom.

Capture d_écran 2017-09-14 à 10.58.15
Les 6 activités proposées par Beekast

Enfin, outre les activités, un mur virtuel collaboratif est à la disposition du groupe pour ajouter des commentaires ou des photos et favorise l’interaction entre les apprenants. Un des avantages est que l’on peut y déposer des documents au format photo auxquels les participants auront un accès facile. On peut aussi modérer, voire effacer les commentaires…

Capture d_écran 2017-09-14 à 11.07.03
Exemple de mur collaboratif

Voici un Tutoriel pour commencer à utiliser Beekast

 

Tourisme ordinaire, classe inversée et relatives… Retour d’expérience

Le tourisme est un thème souvent abordé en cours de langues : le « tourisme ordinaire », qui oblige chacun d’entre nous à avoir un regard différent sur ses lieux quotidiens et à se demander quels sont ses endroits préférés, peu connus des touristes mais qui ont une saveur certaine pour les autochtones, s’avère être un excellent sujet pour faire faire des tâches finales à nos apprenants, en sortant des sentiers battus du tourisme normal, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, dans un pays francophone ou pas.

Voici un retour d’expérience avec mes apprenants qui visent le niveau B2.

L’unité pédagogique qui portait sur le tourisme aujourd’hui proposait comme objectifs linguistiques, entre autres, d’enrichir le lexique du tourisme et d’approfondir l’emploi des propositions relatives, notamment avec des pronoms relatifs composés.

Ce dernier point a été fait en classe inversée : deux capsules ont été proposées, de deux niveaux de difficultés différents. L’une visant une mise à niveau des pré-requis et rappelant le principe de la relative, l’autre ayant comme objectif de commencer à faire comprendre le fonctionnement des relatifs composés. Chaque capsule est accompagnée d’une feuille de route permettant de prendre des notes, de gagner du temps et de commencer à faire des exercices. Mes apprenants étant plutôt motivés, je leur ai laissé le choix de regarder seulement la seconde capsule ou les deux, tout en leur expliquant l’intérêt de chacune, afin de stimuler leur autonomie.

Plus tard, une autre capsule a été envoyée pour définir la tâche finale : ce qui a permis de gagner du temps et surtout de redonner la parole aux apprenants qui ont posé des questions sur ce qui n’avait pas été dit ou compris dans la capsule, au lieu de m’écouter passivement leur expliquer le projet.

Capture d_écran 2017-04-07 à 15.03.41

Et voici quelques productions finales qui, vu le nombre de propositions relatives qu’elles contiennent, prouvent à elles seules combien on peut faire de la grammaire autrement et surtout combien classe inversée et perspective actionnelle se complètent harmonieusement.

Capture d_écran 2017-04-07 à 14.50.43
« L’atelier du chocolat » par Loma et Iri
Capture d_écran 2017-04-07 à 14.53.33
« Le russe d’Artigarrède » par Junhee et Dongkyoung
Capture d_écran 2017-04-07 à 15.01.01
« Le parc du château loin des sentiers battus » par Miriam

Pour donner encore plus de sens à la production finale, nous avons eu le plaisir de rencontrer les étudiants du Master2 Tourisme de l’UPPA qui travaillaient de leur côté et de manière bien différente sur la mise en tourisme des lieux ordinaires de la ville de Pau. Les apprenants Fle leur ont présenté leurs vidéos, puis ont répondu aux questions et échangé avec ces « spécialistes », intéressés par ces regards « étrangers » portés sur la ville. Beau moment d’échanges interculturels !

 

 

Fle Apprendre le français avec les séries TV : « Samantha oups ! » (2)

Comme je l’ai mentionné dans un article antérieur, la série « Samantha Oups! » est une des rares séries TV exploitables pour les niveaux A1/A2.

Après avoir vu et analysé plusieurs épisodes qui servent de matrices pour la production écrite, il est possible de passer à l’écriture de petites scènes « à la manière » de « Samantha oups ! ». Mes étudiants ont travaillé par groupes de 3 autour du thème fédérateur : Samantha prof de Fle ou Samantha à l’IEFE.

Premier défi : écrire à la manière de…

Nous avons consacré 2 heures non consécutives au travail collectif d’écriture. La consigne était de produire 2 ou 3 petits textes pour créer un nouvel épisode de notre série TV, en imitant le style et en conservant les caractéristiques des deux personnages. Très vite sont apparus les premiers jeux de mots, malentendus pour faire rire le spectateur : « grosse queue/ grande queue » (oui, oui !), « travail à la maison/ devoirs », « vert/verre/vert », « grand-mère/grammaire »…

Deuxième étape : comment mettre en valeur et partager la production écrite ?

Ensuite, la question la plus difficile est arrivée : qu’allions-nous faire de ces écrits ? Allions-nous passer au tournage ? Mais pas facile pour certains étudiants de mettre en danger leur « face » et de se montrer avec une perruque blonde sur la tête en train de parler français, notamment avec un niveau A1 ou A2… Chaque groupe a ainsi eu la liberté de mettre en valeur et de partager avec les autres son travail d’écriture :

  • un groupe a refusé d’être filmé et a joué les petits épisodes dans la classe devant les autres étudiants
  • deux groupes ont choisi d’utiliser des poupées Barbie et des personnages en Légo ou Playmobil
  • un groupe a accepté de se filmer avec une perruque
  • un groupe a contourné la difficulté en dessinant les personnages sur des morceaux de papier et les a transformés en marionnettes en mettant un stylo derrière le papier…
Capture d_écran 2017-03-09 à 15.47.34
Cliquez
Capture d_écran 2017-03-09 à 15.40.38
Cliquez

Capture d_écran 2017-03-09 à 15.44.56

Cliquez

Autre difficulté : le montage vidéo

Certains ont filmé avec les Ipads que j’avais apportés en cours et ont fait directement le montage avec Imovie. D’autres ont préféré faire un montage plus travaillé, en insérant la musique de la série, en ajoutant un générique. Ils ont ainsi utilisé leur propre matériel puis ont fait le montage à distance, en totale autonomie.

A retenir de cette expérience :

  • le plaisir et l’émulation suscités par la créativité, tout à fait étonnante chez des apprenants de niveau A1/A2, capables d’écrire avec un registre comique et de faire des jeux de mots
  • l’autonomie de la plupart des apprenants pour gérer seuls les difficultés techniques
  • l’importance d’enseigner et de stimuler toutes les compétences transversales que sont le travail collaboratif, la négociation, l’utilisation des outils numériques, etc.
  • la valeur stimulante de la publication et du partage qui créent une réelle situation de communication et donne du sens aux apprentissages