La féminisation des noms de métiers (B2) : ressource et compréhension orale

Je partage avec vous une vidéo très intéressante sur la féminisation des noms de métiers trouvée sur le site 20Minutes.fr : « La féminisation (officielle) des noms de métiers, c’est pour quand ? ».

Capture d_écran 2018-11-18 à 21.44.02

Dans un format agréable, dynamique et amusant, elle présente la position du linguiste Bernard Cerquiglini, qui, tout en rappelant les arguments des contempteurs de la féminisation,  multiplie les exemples de polysémie de mots masculins pour mieux appuyer la nécessaire évolution de la langue, donc la légitimité de la féminisation des noms de métiers. Le linguiste nous rappelle que le terme « étudiante » désignait une grisette du Quartier Latin à la fin du XIXeme siècle par exemple, preuve que le sens des mots peut évoluer, naturellement ou avec un petit coup de pouce.

Voici une petite compréhension orale de niveau B2 qui invite les apprenant.es à une première écoute sans les images pour une compréhension globale, puis une seconde écoute avec le support de la vidéo en vue d’une compréhension plus fine. Attention la vidéo est courte et dynamique, mais est loin d’être simple pour les apprenant.es car la musique et les effets sonores gênent la compréhension…

Si vous travaillez sur le thème de la langue française, cette compréhension orale peut être complétée par une compréhension écrite sur les emprunts (Alain Rey) ou par une approche de la grammaire inclusive.

 

Compréhension écrite sur la langue française : Alain Rey nous éclaire sur la féminisation, l’écriture inclusive et les emprunts (B2)

Voici une compréhension écrite de niveau B2 faite à partir d’un article de 20Minutes.fr dans lequel le linguiste Alain Rey est interviewé sur l’évolution de la langue française, et notamment sur sa position face aux emprunts, à l’écriture et la grammaire inclusives et à la féminisation des noms de métier.

 La féminisation est une nécessité sociale parce que la langue n’est pas faite pour dominer la société, c’est la société qui fait la langue. Il n’y a rien de plus démocratique que la langue. C’est pour ça que je suis hostile aux puristes académiciens qui gueulent comme des putois quand il y a une nouvelle façon de s’exprimer. S’il n’y avait pas de nouvelles façons de s’exprimer, le français serait figé et s’il était figé, il serait en péril, ce qui n’est pas le cas. Alain Rey

Voici la compréhension écrite proposée à partir d’extraits de l’article sur Alain Rey B2.

Capture d_écran 2018-11-18 à 18.18.14
Extrait CE

Pour aller plus loin…

Je partage un exercice que vous pouvez proposer à vos apprenant.es. L’objectif est de montrer la diversité des origines de certains mots français de manière ludique à travers une dizaine d’exemples (un anorak, un pyjama, l’alcool, un kiosque, un robot, …). Il suffit pour cela de partager le lien par mail ou de le déposer sur une plateforme. Sans avoir besoin d’inscrire ses apprenant.es, l’exercice est autocorrigé et les paires de mots disparaissent au fur et à mesure que la solution sera trouvée.

C’est l’occasion de rappeler l’existence de cette fort intéressante application gratuite qu’est Learning Apps, projet lancé par la Haute Ecole Pédagogique de Berne, et qui vise à proposer une banque de données de modules indépendants à rattacher à sa progression ou à créer ses propres modules.

Capture d_écran 2018-11-18 à 18.06.55
Exercice auto-corrigé fait sur Learning Apps

Une des forces de cette application en cours de langue est, outre sa facilité d’utilisation et de partage, le fait qu’elle propose des exercices d’appariement entre des fichiers audios et des mots, comme dans l’exemple ci-dessous.

Capture d_écran 2018-11-18 à 18.31.39

Ou lien direct : https://learningapps.org/watch?v=p5a47yc4n18