#J'APPrends : une apps gratuite pour apprendre le français même quand on ne sait ni lire ni écrire #FLI #FLE

Parmi les applications spécialement dédiées aux migrant.es, on connaissait déjà « My French Kit » élaborée par l’université de Bordeaux Montaigne, plutôt destinée à aider à s’orienter sur le plan administratif.

Suite à l’émission de France Inter présentant l’apps « J’APPrends », j’ai testé cette application dont la conception m’a semblé vraiment intéressante pour les adultes migrants, en complément d’un cours en présentiel. Son objectif est bien différent de « My French Kit » : aider à communiquer et à s’orienter en donnant quelques éléments de base pour saluer, remercier, se déplacer, remplir un formulaire, rencontrer un médecin, etc. mais aussi et surtout identifier certains sons, reconnaître certaines lettres et les écrire.

Et même si elle n’a pas été conçue pour des apprenant.es sachant écrire et lire, elle peut aussi être un supplément ludique à des cours plus traditionnels. Toutefois, la progression étant sensiblement différente, il vaut mieux inviter à l’utiliser après une vingtaine d’heures de cours.

Elle propose à ce jour 3 épisodes qui invitent l’utilisateur ou l’utilisatrice à se déplacer, échanger, acheter, compter, puis aller chez le médecin, etc. dans une ville, au gré des rencontres avec un caissier ou une voisine. On ne peut pas sauter d’étape : il faut avoir réussi l’activité pour passer à la suivante mais on peut la faire et la refaire plusieurs fois. Certes, aucun.e professeur.e n’est là pour aider ou guider l’utilisateur ou l’utilisatrice qui ne comprend pas ; néanmoins la « face » est protégée et chacun.e peut répéter, prononcer, essayer, tracer, écrire, choisir sans s’exposer au regard et aux oreilles des autres !

Capture d’écran de l’apps

Lorsqu’on quitte l’application sur son ordinateur, son portable ou sa tablette, on reprend à l’endroit où s’était arrêté. Pas besoin de créer de compte, il suffit de télécharger l’application. Bonheur suprême : c’est gratuit et aucune publicité ne vient vous gêner !

Ses points fort :

Elle suit une progression proche de celle des besoins de la vie quotidienne (saluer, faire les courses, payer, boire un café, compter, donner son numéro de téléphone, parler des sports, se déplacer en transports en commun, aller chez le médecin, reconnaître les fruits et les légumes, remplir un formulaire, etc.) comme dans l’exemple ci-dessous où l’on doit s’arrêter à la station « Anatole France ».

Elle propose un enrichissement lexical très mesuré avec des mots que l’on peut écouter et réécouter à sa guise autant de fois que nécessaire, qui sont écrits et prononcés syllabe par syllabe (cf l’icône en haut à droite). On peut également réécouter chaque syllabe (surlignée en vert) plusieurs fois.

L’apprenant.e doit à son tour prononcer certains mots qu’il doit répéter : tant que la prononciation n’est pas pas correcte, il est impossible d’avancer dans le parcours. C’est vraiment un point fort de l’application ! Puis, après avoir prononcé le mot, on doit identifier ce même mot parmi 3 autres de manière à être capable de le reconnaître à l’écrit également.

Obligation de prononcer les mots correctement pour pouvoir avancer

On doit ensuite identifier puis écrire certains mots afin d’apprendre progressivement à tracer les lettres de l’alphabet, sans toutefois en suivre l’ordre. On commence par les lettres contenues dans « sucre » et « café » L’enrichissement du lexique se fait de manière spiralaire de manière à ce que le retour régulier des mots rassure l’apprenant.e et favorise l’apprentissage. Il se fait aussi de manière intuitive : pour découvrir quelques sports, il faut glisser-déposer le mot correct sur l’image correspondante, par exemple, Castor qui fait du vélo ou joue au foot. Lorsque l’on donne une mauvaise réponse, il faut essayer toutes les autres possibilités pour arriver à trouver la bonne solution : on apprend en faisant. Aucune rétroaction anxiogène ne vient heurter la sensibilité : au contraire, on sent que la bienveillance a présidé à l’élaboration de ce jeu.

Pour l’apprentissage des nombres, il faut aider Castor à faire des abdos, en le poussant vers ses pieds. C’est une manière ludique d’apprendre les nombres. Par la suite, le scénario passe un peu vite sur les nombres au delà de 11 lorsqu’il s’agit de comprendre un numéro de téléphone …

Si certains exercices sont un peu difficiles soit pour comprendre la consigne comme celui qui consiste à découvrir deux mots qui commencent par le même son, soit parce que le lexique est parfois un peu trop précis, l’ensemble des activités demeure très intuitif et surtout fort utile pour le public ciblé. On sera aussi sensible à la dimension interculturelle qui mêle par exemple aux fruits et légumes que l’on trouve en France, des éléments plus « exotiques » comme le gombo mais aussi aux actes de parole parfaitement sélectionnés par rapport aux besoins réels de ce public.

Un grand bravo à Langues Plurielles et au studio Small Bang pour cette application si bien conçue !

Favoriser l’apprentissage en autonomie et à distance avec des QRCodes et des capsules

Voici 3 exemples d’activités de niveau A0 et B1/B2 que j’ai créées pour mes apprenant.es. Comment les remanier pour favoriser le travail à distance et stimuler les interactions en cours ? Une piste a été de modifier les feuilles de route en y ajoutant des QRCodes pour permettre à mes futurs apprenant.es de travailler en autonomie, à la maison. En effet, la présence du QRCode qu’il suffit de scanner avec une application dédiée facilite l’accès à la capsule et permet de regarder tranquillement, à son rythme la vidéo. Donc de s’entraîner seul.e à répéter, à comprendre avant de retrouver la dynamique du groupe. Un « plus » pour protéger la face et pour stimuler l’estime de soi !

Premier exemple : travailler la compréhension orale et le lexique de la ville A1

Une capsule a été faite pour présenter son pays et sa ville à travers un exemple concret fait sur mesure. L’objectif était double : améliorer la compréhension orale et enrichir le lexique de la ville et des éléments propres à un pays et une ville (un fleuve, une frontière, une capitale, une mer, etc.). Les apprenant.es avaient une feuille avec un texte lacunaire à compléter. Nous avons fait l’activité en classe entière mais l’hétérogénéité des niveaux a empêché les moins avancés d’être actifs pendant la compréhension : ils l’ont plutôt subie…
Le fait d’ajouter le QRCode donnant accès à la vidéo sur la feuille permet de faire faire ce travail d’écoute en autonomie : chaque apprenant.e peut alors écouter et regarder à son rythme la vidéo avec un smartphone et des écouteurs soit en présentiel, soit à distance, à la maison. La capsule vient donc compléter et raviver un lexique qui aura déjà été vu en cours en amont. De plus, lorsqu’ils reviendront en cours après avoir fait cette activité à distance et à leur rythme, ils pourront être plus actifs dans le sens où ils poseront des questions sur ce qui n’a pas été compris dans la capsule. On pourra aussi échanger les productions écrites faites à distance et les faire lire, puis dessiner le plan de la ville ou du pays, ou encore faire corriger la production écrite par un.e autre apprenant.e.

Feuille de compréhension orale avec le QRCode intégré.

Deuxième exemple : corriger une activité ou un test à distance (temps du passé B1/B2)

J’ai proposé à mes apprenant.es B1+ un petit test de grammaire portant sur l’utilisation du passé composé et de l’imparfait. Pour éviter de perdre du temps en classe lors de la correction et pour changer un peu les habitudes, j’ai créé une capsule dans laquelle je justifie le choix de chaque temps à l’oral plutôt que de le faire en présentiel.
Lorsque j’ai rendu les tests corrigés, j’ai donc distribué une petite feuille avec le QRCode qu’ils ont scanné chez eux pour regarder la correction. Le lendemain, j’ai répondu aux questions qui restaient.

QRCode pour accéder à la capsule dans laquelle je corrige le test sur les temps du passé

Troisième exemple : travailler la prononciation des verbes en -ER (A1)

Capsule « 3 minutes pour bien prononcer les verbes en -ER au présent »

Après avoir reçu la feuille de route avec le QRCode, les apprenant.es peuvent s’entraîner à répéter la prononciation correcte puis, dans un 2eme exercice, à prononcer et à écouter la correction. Grâce au QRCode, l’accès à la capsule est instantané et permet de travailler à distance, sans même avoir à passer par un ordinateur.

Feuille de route pour la capsule « 3 minutes pour bien prononcer les verbes en -ER »

Comment transformer un lien en QRCode ?

Il suffit d’aller sur un site générateur de QRCode, comme Tec-it celui que j’utilise : collez le lien et cliquez sur « Télécharger ».

Exemple de site générateur de QRCode

Un site de ressources gratuites (capsules) pour allophones et apprenant.es #FLE créé par les étudiant.es Master FLE Pau

Vous enseignez à des élèves allophones en UPE2A ou en classe ordinaire ? à des apprenant.es FLE ? Alors ne manquez pas de papillonner sur le site Le Trèfle fait des capsules, un site créé par les étudiant.es de Master 2 FLE de l’UPPA dans le cadre de notre UE de TİCE. Vous y trouverez des « packs » qui proposent une capsule et une feuille de route ou une fiche bilan.

Capture d’écran 2019-03-20 à 19.10.47

  1. La section « Capsules d’urgence » est essentiellement destinée à des allophones et relève du domaine du Français Langue de Scolarisation. Mais certaines capsules sont tout à fait utilisables en cours de FLE. Vous y trouverez entre autres le matériel de l’élève, les verbes dans les consignes, les saisons, les jours et les mois pour des arabophones, le système scolaire français, écrire et prononcer le son [O], etc.
  2. La section « Capsules coup de pouce » s’adresse à des apprenant.es FLE de niveaux plus avancés et vous permettra d’aborder la cause, la conséquence de manière différente. En lexique, vous éclaircirez la différence entre rentrer, revenir et retourner, la différence entre C’est et Il est, et en phonétique, les liaisons obligatoires, entre autres.

Butinez, soyez curieux et curieuses !

Retour d’expérience

J’ai testé de nombreuses capsules avec mes apprenant.es (A1 ou B2) qui devaient regarder la vidéo à la maison. La dernière utilisée, celle sur les verbes de consignes, a très bien fonctionné bien que seuls 2 étudiants sur 11 aient fait le travail à la maison.

IMG-3961
Traces écrites de la capsule « Verbes de consigne » par un étudiant

Qu’importe…  Ils sont passés au tableau pour se transformer en professeurs : ils y ont expliqué le cours et ont répondu aux questions, ils ont donné des exemples à tour de rôle pour mieux se faire comprendre si bien que la dynamique du cours engendrée par la classe inversée a libéré la parole des apprenant.es et m’a clairement obligée à me taire. Sans parler de la fierté d’être capables d’expliquer en français aux autres la différence entre « surligner » « cocher » ou « compléter »…

IMG-3957
Un apprenant propose de nouveaux exemples pour expliquer la différence entre « cocher » et « compléter »

A chacun.e d’inventer l’utilisation du pack qui correspond à son contexte. Un grand bravo aux étudiant.es du M2FLE !

Activité : Reconnaître les langues #A0 à #C2

Voici une petite activité dont le but est de reconnaître différentes langues entendues (turc, espagnol, allemand, anglais, chinois, arabe, russe, français mais aussi plus rares, créole réunionnais, bassar, n’gambaye). Je l’ai créée sur le site LearningApps dont l’interface est certes austère, mais dont les applications sont précieuses grâce à l’insertion de fichiers audios aussi facile qu’utile en langues.

capture d_écran 2019-01-15 à 09.52.33

Pour les grand.es débutant.es

C’est une activité fort dynamisante pour les grand.es débutant.es : on découvre des langues, parfois sa langue, on fait des hypothèses, on se trompe, on réussit. Ecouter ces langues m’a également permis d’introduire le français en le mettant sur un pied d’égalité avec les autres langues et, grâce au créole de la Réunion qui trouble les apprenant.es puisqu’il contient des mots français mais n’est pas du français, la diversité linguistique en France a pu être abordée dès le premier cours. Enfin, pour les grand.es débutant.es, l’activité permet d’apprendre la structure « je parle XXX » et complète parfaitement le cours fait en amont sur les nationalités.

Une activité brise-glace pour tous les niveaux

Il me semble que cette activité peut être utile à tous les niveaux en début de session et qu’elle sert aussi de brise-glace : il est en effet possible de demander aux apprenant.es qui comprennent les langues entendues de traduire ce qui a été dit, ce qui ne manque pas de valoriser leur répertoire linguistique.

Voici le lien : https://learningapps.org/view6347819

Comment l’utiliser ?

J’ai testé cette activité en classe, collectivement, avec des apprenant.es du niveau A0 : nous avons écouté les pistes et j’ai glissé chaque fichier audio sur la langue proposée. Si la solution est fausse, il suffit de cliquer entre les deux éléments joints pour les séparer à nouveau et tenter une autre association.

L’ambiance s’est réchauffée car chacun.e pouvait proposer son hypothèse et la classe a été dynamisée. Ensuite, mous avons à tour de rôle repris à notre compte « je parle XXX », ce qui m’a permis de savoir qui parlait anglais et surtout qui ne parlait qu’une seule langue.

On peut ensuite envoyer le fichier aux apprenant.es pour que l’activité soit refaite à la maison au rythme de chacun.e.