Elections présidentielles : quelques ressources pour le FLE

Les élections présidentielles approchent : voici quelques ressources pour faire découvrir les candidat.es et leurs propositions à vos apprenant.es (à partir du niveau B1).

Un site pour se positionner face aux 12 candidats et candidates

La boussole présidentielle est un site créé par SciencesPo : après avoir répondu à quelques questions (sexe, année de naissance, études), il faut se positionner par rapport à 26 affirmations telles que « Il faut taxer plus fortement les droits de succession » en choisissant parmi 5 réponses :

Viennent ensuite 3 questions portant sur les 12 candidats. A la fin de ce questionnaire, le site vous situe selon votre proximité avec les différents candidats et candidates. Vous pouvez choisir une position qui sera la synthèse de vos réponses.

Vous pouvez aussi choisir de vous situer thème par thème, comme dans l’exemple ci-dessous.

J’ai fait cet exercice avec mes apprenant.es qui avaient chacun.e leur smartphone tandis que je projetais sur grand écran les questions. Nous avons travaillé au même rythme afin que je puisse expliquer le lexique en temps réel et certains concepts parfois complexes.

Même si l’activité est un peu longue (35 minutes avec les explications) et exigeante, le bilan a été très positif car il permet d’enrichir de lexique, de mieux comprendre les enjeux de cette élection et les préoccupations des Français et des Françaises, mais surtout d’ouvrir sur des comparaisons interculturelles.

Le résultat reste individuel puisqu’il apparaît sur le smartphone de chaque personne.

L’application ELIZE

Il s’agit d’une application à télécharger sur son smartphone, ce qui est donc plus contraignant que le site créé par SciencesPo et moins sûr au niveau de la protection des données. Au fur et à mesure que l’on répond aux questions, le profil du candidat dont on se rapproche le plus se dessine.

Des vidéos pour comparer les propositions des candidats et candidates

Parmi les nombreuses vidéos sur ce thème, se détachent celles de Konbini en accès libre sur Youtube. Chacune dure environ 8 minutes, avec un rythme dynamique et aborde un thème précis, qui touche particulièrement les jeunes (légalisation du cannabis, précarité des jeunes, éducation, etc.) Chaque candidat ou candidate répond de manière concise à une question (avez-vous déjà fumé des cannabis ? Êtes-vous pour la légalisation du cannabis ?) en argumentant (ou pas).

Il est possible d’exploiter ces vidéos en distribuant un candidat ou une candidate à un binôme d’apprenant.es qui sera chargé de noter la position et les arguments proposés par la personne qu’ils représentent.

Voici par ailleurs une compréhension orale (B2) dont les objectifs sont de travailler l’argumentation et de découvrir les idées des candidat.es.

La capsule décomplexée

Le mercredi 19 janvier 2022 a lieu comme chaque année la journée de formation autour des pratiques numériques pour l’éducation, EIDOS64, centrée sur le thème du numérique responsable. Vu les conditions sanitaires actuelles, le forum se tiendra en distanciel : vous pouvez donc vous y inscrire quel que soit le pays où vous enseignez. De plus, l’inscription est gratuite.

Le matin sont proposées deux conférences de spécialistes, et l’après-midi, vous pouvez choisir de participer à 3 ateliers parmi les nombreux ateliers très pratiques animés par des enseignants et enseignantes de terrain.

Cette année, je vous invite à me rejoindre dans l’atelier C03 « La capsule décomplexée » de 16h40 à 17h40 (heure française)

En quoi les capsules peuvent-elles apporter un petit coup de pouce, voire une dimension plus « humaine » à certains travaux faits en autonomie à distance ? Quelle que soit la discipline enseignée, cet atelier vous invite à créer des capsules, ces petites vidéos pédagogiques, de manière décomplexée, c’est-à-dire sans avoir besoin de faire un montage compliqué, sans se laisser happer par la dimension chronophage que peuvent exiger certaines capsules, l’objectif étant d’accompagner les étudiant.es à distance en s’appuyant sur la multimodalité de la vidéo, notamment l’ajout de la voix, donc d’explications supplémentaires.
Outre l’apport technologique, cet atelier proposera des exemples et des pistes pour élaborer rapidement ces capsules « express » : expliquer une méthodologie, commenter une copie, expliquer un court document, prononcer et aider à mieux prononcer, etc.

Au plaisir de vous retrouver !

Pour consulter le programme et vous inscrire : cliquez ici !

#EidosCafé : créer simplement des capsules pour/avec vos élèves

Mercredi 1er décembre 2021, retrouvons-nous à Salies-de-Béarn de 13h30 à 15h30 au collège Félix Pécaut pour un retour d’expérience sur l’utilisation de capsules « décomplexées » !

« Le défi de l’enseignement à distance : réflexions et modalités pratiques », nouvel ouvrage collectif sous la direction d’Yves Marhic

Ravie d’avoir pu contribuer à cet ouvrage collectif qui vient de paraître aux éditions L’Harmattan (Nouvelles Pédagogies), je vous invite à consulter « Le défi de l’enseignement à distance : réflexions et modalités pratiques », pour découvrir des pratiques et des retours de pratique d’enseignement hybride ou d’enseignement à distance.

Couverture de l’ouvrage

Dès la préface, Serge Tisseron évoque les 6 changements majeurs dans le fonctionnement des nouvelles générations à propos de la culture numérique : « (1) les enfants y apprennent de plus en plus tôt à jouer avec plusieurs identités, (2) ils s’engagent en parallèle dans la résolution collective des tâches et la valorisation de leurs expériences les plus personnelles, (3) ils créent leurs propres images, (4) ils valorisent les apprentissages intuitifs parallèlement à l’intelligence hypothético-déductive (5), et ils établissent une relation de plus en plus intime avec les machines, (6) ils développent le goût pour le changement de tâches. » (p.15)

L’article que je propose, « Favoriser les interactions dans l’enseignement hybride pour insuffler une dimension humaine : comment tenter de pallier le sentiment de distance lorsque nos étudiant.es sont loin ? » aborde la problématique des interactions en classe virtuelle et en autonomie. Il propose des pistes pour tenter de remédier à ce sentiment de distance, selon différents contextes d’enseignement et selon sa motivation : est-ce une hybridation ponctuelle et de circonstance, une hybridation en vue d’un réinvestissement ou une hybridation institutionnalisée ?

Voici le plan de l’article :

I. « Se créer une présence pédagogique en ligne »

II. Choisir une hybridation adaptée à ses besoins et à ses compétences

III. Repenser la scénarisation pédagogique et définir le scénario de communication

IV. Répartir les activités entre les deux modes

V. Choisir les outils numériques

Pour plus d ‘informations

Bonne lecture !

CLIC2021 Atelier « Comment dynamiser les interactions orales en classe de langues en repensant son scénario pédagogique (cours à distance/hybrides) ?

Atelier Vendredi 2 juillet 2021 de 15h à 15H50 Congrès des classes inversées et des pédagogies actives, en ligne


Les classes virtuelles, l’enseignement à distance ont souvent une image négative, de froideur, de distance et d’anonymat. A ce que l’on appelle désormais, la « Zoom fatigue » (1) , s’ajoute souvent le sentiment d’être désorienté par rapport à ses pratiques habituelles de cours en présentiel car les interactions se font rares alors qu’elles sont une condition essentielle pour apprendre une langue.

Pour éviter de faire cours face à un écran sans visages, on peut exiger que les caméras soient allumées. On peut s’appuyer sur de précieuses solutions conjoncturelles : proposer des quiz en ligne pour vérifier leur compréhension ou faire émerger des représentations, jouer avec les potentialités de la classe virtuelle en s’appuyant sur les objets présents chez nous. Néanmoins, est-ce vraiment suffisant pour parler d’interactions ? Comment éviter cette impression d’éloignement, voire de dépossession de ses cours ? Comment commencer à hybrider ses cours pour éviter l’écueil d’un cours unidirectionnel qui pourrait tout aussi bien être proposé sous forme de captation vidéo ? Elke Nissen, dans son ouvrage Formation hybride en langues, le confirme : « C’est avant tout la composante distancielle de la formation qui pose problème aux enseignants (et apprenants) dans la plupart des observations faites, car elle fait appel à des fonctions auxquelles les enseignants sont peu habitués, ainsi qu’à des compétences techniques et de gestion de l’interaction en ligne par exemple […]. » (2)

            Aux solutions conjoncturelles, il est donc nécessaire d’ajouter des solutions plus structurelles qui nous invitent à repenser le scénario pédagogique de nos cours en intégrant aux activités faites sous notre égide, des activités faites en autonomie, pour reprendre la définition de l’enseignement hybride donnée par Jean-François Cerisier, lors du CLIC2020. Dès lors, émerge un certain nombre de questions face à ces deux modes, le présentiel et le distanciel : quelles activités privilégier en autonomie ? Lesquelles conserver en présentiel ou en classe virtuelle ? Vaut-il mieux faire la compréhension orale en autonomie ? Et la production écrite aussi ? Quid de la grammaire ? Peut-on la faire travailler en autonomie ? Autre difficulté majeure : comment articuler les activités des deux modes de manière à redonner la parole aux étudiant.es pendant ce temps devenu précieux de la rencontre en présentiel ?

Au cours de cet atelier, je tenterai, à partir des différentes expériences de cours hybrides, à distance (de circonstance mais aussi institutionnalisés), en comodal, proposées par les participantes et les participantes, ainsi que des miennes dans le domaine du Français Langue Etrangère, d’esquisser des pistes pour scénariser un cours de langues facilitant les interactions. Ces pistes sont à adapter selon son contexte d’enseignement, son public et son envie plus ou moins forte d’engagement dans l’intégration des outils numériques, afin de «donner du sens à la présence» (3) selon l’expression chère à Marcel Lebrun.

Cet atelier s’adresse à des personnes enseignant à tous les niveaux, plutôt en langues. Pas de prérequis.

Au plaisir de vous retrouver au CLIC 2021 le vendredi 2 juillet de 15h à 15h50 !


(1) https://www.francetvinfo.fr/internet/pourquoi-la-visioconference-met-elle-notre-cerveau-k-o-et-comment-riposter_4283359.html
(2) Nissen, Elke Formation hybride en langues : articuler présentiel et distanciel, Didier, 2019. p.230
(3) Lebrun et Lecoq, Classes inversées, 2015, p.10

Tutoriel : premiers pas avec #Padlet

Voici un tutoriel de 9 minutes pour faire ses premiers pas avec Padlet. Connaissez-vous les différents modèles, notamment la géolocalisation sur une carte du monde, ou bien les colonnes qui permettent de faire des catégories ? Savez-vous que les apprenant.es peuvent interagir et écrire des commentaires sur les posts des autres ? Avez-vous déjà testé la possibilité d’enregistrer sa voix instantanément sur un post ? Autant de fonctionnalités très précieuses en cours de langues !

https://screencast-o-matic.com/watch/cYQjlGHEiA

Utiliser Padlet pour faire connaissance en cours de #FLE en #présentiel ou à #distance

Les activités brise-glace habituelles étant plus difficiles à mettre en place dans le contexte d’enseignement actuel, voici une alternative pour continuer à briser la glace lors des premier cours, tout en s’appuyant sur la production écrite ou la production orale et en maintenant les interactions entre les apprenant.es. L’idée est de mettre les apprenant.es 2 par 2, de leur laisser 10 minutes pour faire connaissance et se poser des questions, en présentiel ou bien à distance.

Ensuite, interviennent les outils numériques : sur le mur virtuel Padlet, ils vont dans un premier temps localiser la ville d’origine de leur binôme, par exemple, ce qui permettra de visualiser en temps réel d’où ils viennent. La tâche finale : ils proposent une présentation de leur binôme, soit écrite, soit sous forme d’enregistrement oral, sous forme de portraits croisés, plus ou moins précis selon le niveau de départ.

Exemple de Padlet avec la localisation géographique des apprenant.es

Prérequis : avoir des apprenant.es connectés avec un smartphone, une tablette ou un ordinateur, du Wifi et si possible, avoir auparavant vérifié que tout le monde a une application pour lire les QrCodes.

Avant le cours

Préparez votre Padlet en choisissant le modèle « Carte » pour permettre à chaque personne de choisir une ville d’origine, par exemple.

Vous pouvez aussi préparer la première publication pour donner un exemple à vos apprenant.es : écrivez une petite présentation ou bien enregistrez votre voix avec les informations que vous attendez.

E
Exemple de consigne

Pendant le cours …

  • après avoir présenté le Padlet et expliqué l’activité, vous mettez les apprenant.es en binôme, pendant une durée définie à l’avance pour que chacun.e récolte des informations sur l’autre personne. Ils peuvent prendre quelques notes afin de mieux préparer leur présentation écrite ou orale.
  • au bout du temps imparti, vous donnez l’accès à votre mur virtuel sur lequel chacun va enregistrer sa présentation ou l’écrire. Pour cela, si tout le monde a une application pour lire les QRcodes, vous pouvez afficher le QRCode de votre Padlet. Allez dans « Partager » puis « Obtenir un QRCode ».
Pour obtenir le QRcode ou le lien du Padlet

Les apprenant.es n’ont plus qu’à scanner le QRcode et ont directement accès à votre mur virtuel. Si ce n’est pas le cas, il faut envoyer par mail le lien du Padlet.

Réalisation de la tâche pendant le cours … ou après …

Pour mettre un peu d’ambiance, on peut envisager de demander aux apprenant.es de préparer leur présentation pendant le cours : c’est en temps limité, il y a du bruit mais la pression du temps peut dynamiser l’ambiance. On peut, au contraire, décider de faire faire la tâche finale à la maison, en favorisant la qualité à la rapidité.

Comment coller un point de localisation ?

Pour pouvoir coller un nouveau point, il faut cliquer sur le bouton rose et entrer le nom d’un lieu, puis choisir l’une des suggestions.

Une fois que le point de localisation est créé, de multiples possibilités s’offrent à l’apprenant.e : écrire un texte, mettre une photo, enregistrer la voix, dessiner, etc

Après le cours …

L’avantage de cette activité est qu’elle a rendu les apprenant.es actifs pendant le cours et a stimulé les interactions qui ont du sens puisqu’il y a une tâche finale définie à l’avance où, les apprenant.es le savent, la production sera exposée au groupe-classe. Elle laisse une trace de ce qui a été fait en cours et chaque apprenant.e peut modifier après le cours le point de localisation qu’il a créé (pas les autres), étoffer ce qui a été écrit, ré-enregistrer sa présentation orale, ajouter une photo et surtout écouter ou lire sa propre présentation faite par une autre personne.

Il est aussi possible d’adapter cette activité aux petits niveaux. Pour les débutant.es, on peut se contenter de faire écrire le point de localisation avec la ville de naissance par exemple et le prénom. C’est l’occasion de commencer à découvrir les pays et les nationalités.

Quelques pistes pour exploiter un enregistreur d’écran en cours de langues

Dans cette situation de crise qui nous contraint à faire des cours à distance, l’impression d’anonymat domine souvent, laissant émerger un sentiment de frustration face à la dimension impersonnelle de ce nouveau type de relation.  Comment insuffler une petite touche personnelle aux documents et fichiers que nous envoyons à nos apprenant.es ? Comment redonner un peu de personnalisation à nos cours ? Certes, les visioconférences, les échanges sur le réseau social choisi par le groupe permettent d’échanger, de retrouver un peu l’humour, les blagues, les manies de chacun et de chacune auxquels nous étions habitués en présentiel. Toutefois cette coloration personnelle s’estompe sous l’anonymat des fichiers, des documents scannés, des exercices corrigés en pdf,  etc.
Comment personnaliser nos cours, et plus particulièrement pour les cours de langues, comment conserver la continuité vocale, voire visuelle avec nos apprenant.es ?
L’enregistreur d’écran, s’il n’est pas un miracle, peut compléter nos stratégies et redonner un saupoudrage de dimension personnelle aux activités proposées. Dans le modèle SAMR de Puentedura, il ne s’agit pas vraiment de « transformation » de la tâche : on reste dans l’ « augmentation », dans l’amélioration fonctionnelle, qui n’en reste pas moins intéressante dans le sens où elle teinte d’une couleur plus personnelle les documents que l’on envoie. A condition que l’on crée soi-même ses vidéos pour ses apprenant.es … D’où une envie de partager avec vous des outils faciles d’utilisation qui vous permettront de créer sur mesure des vidéos adaptées aux besoins de vos groupes.

Quel enregistreur d’écran choisir ?

Un enregistreur d’écran permet d’ajouter de la voix, de commenter, d’expliquer un document, un diaporama, une iconographie, une production écrite, etc. que vous avez sur votre ordinateur : il est ainsi possible de créer facilement des vidéos personnalisées et de les partager avec nos apprenant.es sous forme de lien pour stimuler le travail à distance en autonomie. Il existe de nombreux enregistreurs d’écran gratuits. Un des plus faciles à utiliser me semble être ScreencasOmatic, dont les fonctionnalités proposées dans la version gratuites sont largement suffisantes.
Voici un tutoriel pour se lancer dans la création de vidéos avec cet outil : j’y explique aussi comment corriger l’enregistrement audio.

Tutoriel pour créer des vidéos avec ScreencastOmatic

Il existe bien d’autres outils pour faire des vidéos : en voici un autre, très intéressant, dans le sens où il permet de créer des vidéos rapides qui n’exigent pas un montage complexe, idéal pour des capsules « flash ». Il s’agit de LOOM, que l’on ne peut utiliser qu’avec le navigateur Google Chrome et qui se présente comme une extension que vous aurez en permanence sur votre navigateur. Voici un petit tutoriel pour l’installer.

Tutoriel pour installer l’extension Loom sur le navigateur Google Chrome

Un tout nouvel enregistreur d’écran Panopto permet d’enregistrer son écran de manière encore plus simple, sans avoir à télécharger de logiciel, ni même à créer de compte. Toutefois, les fonctionnalités sont très limitées et l’on ne peut enregistrer l’écran que d’un seul tenant, sans avoir la possibilité de faire une pause, ni de corriger par conséquent un morceau de l’enregistrement.

En quoi un enregistreur d’écran peut-il enrichir les cours de langues à distance ?

Varier les consignes écrites : donner des consignes sous forme de vidéos

Il est tout d’abord possible de donner des consignes, d’annoncer le programme des cours ou d’un cours, non pas sous forme de mails comme on le fait souvent mais sous forme de vidéos, l’idée étant de ne pas passer trop de temps à préparer sa vidéo. Pour les apprenant.es, c’est une compréhension orale supplémentaire qu’il est possible d’écouter plusieurs fois si la consigne n’est pas comprise. De plus, le fait de voir et d’entendre son enseignant.e octroie une touche bien plus humaine et personnalisée au message transmis qu’un mail.
Voici un exemple destiné à mon groupe de « Débutants » : la vidéo est faite avec ScreencastOmatic et a été créée très rapidement puisqu’il y a un plan statique, sans changement de fond d’écran.

Accompagner la prononciation à distance
L’enregistreur d’écran permet aussi de proposer une aide pour prononcer correctement des mots, des phrases. Il suffit de partir d’un document écrit, d’une infographie ou d’une iconographie présentant une thématique, par exemple « les fruits » (A1) proposé ci-dessous, puis d’y ajouter non seulement sa voix, mais aussi des mises en garde, des conseils, des écueils à éviter : faire attention aux liaisons avec l’article, aux pièges de la graphie, insister sur les difficultés rencontrées particulièrement par son public, etc. Les avantages de telles vidéos sont encore fort appréciés des étudiant.es qui peuvent s’entraîner à prononcer loin du regard et de l’oreille du groupe, (chacun.e, surtout les plus timides, protégeant ainsi sa « face ») et qui reconnaissent la voix de l’enseignant.e. : il s’agit d’un document fait sur mesure, à leur attention, avec l’intonation habituelle qu’ils entendent en classe. Une manière de prolonger virtuellement le contact et le lien.
Voici un exemple qui mélange apprentissage du lexique et prononciation sur les fruits, fait avec LOOM.

Et en voici un autre avec la prononciation des verbes irréguliers au subjonctif.

Enrichir et compléter le lexique

Il est aussi possible d’enrichir le lexique à distance en complétant un réseau lexical qui a commencé à être étudié en cours : la capsule vient structurer le groupe de nouveaux mots et en ajoute d’autres dans un second temps.

Exemple de capsule faite avec Loom pour synthétiser le lexique du tourisme et l’enrichir (B2)

Corriger des productions écrites

Face à la difficulté de corriger les productions écrites qui arrivent dans notre boîte mail sous tous les formats possibles, il est possible de trouver une autre fonctionnalité aux enregistreurs d’écran : corriger une copie en la commentant avec sa voix, en ajoutant des explications qui seraient trop longues à écrire, et pourquoi pas, si l’étudiant.e est d’accord pour partager sa production écrite avec les autres, transformer une correction en modèle à suivre ou pas pour apprendre à respecter une méthodologie.
Voici un exemple de correction faite sous forme de vidéo avec ScreencastOmatic : à partir de la lettre écrite par une étudiante (vers A2), j’ai fait une vidéo qui commente les points forts et les points faibles de la production et qui rappelle aussi la méthodologie pour écrire un mail/ une lettre tout en insistant sur les problèmes de langue importants.

Exemple de production écrite corrigée sous forme de vidéo avec ScreencastOmatic

Corriger un exercice structural
Plutôt que de donner un corrigé écrit qui n’inclut pas nécessairement les explications, on peut de temps en temps créer une vidéo dans laquelle on explique et justifie les bonnes réponses de manière à accompagner à distance la correction de l’exercice et à lui donner plus de « chair » dans les explications, comme dans l’exemple ci-dessous. Il s’agit de la correction d’un exercice structural sur le discours indirect au passé, fait avec LOOM.

Exemple d’exercice structural corrigé sous forme de vidéohttps://www.loom.com/share/6ee51cc4c0724c6490d0821f7c42dbfa

Faire une capsule sur un point de langue
C’est le principe de la classe inversée de niveau 1 (Marcel Lebrun) : le cours de langue est donné sous forme de capsule et envoyé par mail aux apprenant.es qui la regardent une ou plusieurs fois, en faisant des pauses si nécessaire et en complétant une feuille de route de manière à qu’une trace écrite demeure. Ensuite, en présentiel, ou en visioconférence si le présentiel n’est pas possible, on met en commun les questions, on demande aux étudiant.es de donner des exemples pour commencer à réinvestir le point de langue abordé.
Dans ces cas-là, les fonctionnalités de Loom sont un peu simples et il vaudrait mieux privilégier ScreencastOmatic. Voici un exemple proposé par l’une de mes étudiantes de M2 FLE, Léa Ithurria, qui a créé une capsule sur les partitifs avec ScreencastOmatic et la propose en libre accès sur le site Le TrèFLE fait des capsules.

Exemple de capsule faite avec ScreencastOmatic par Léa Ithurria

Faire faire des vidéos à ses apprenant.es avec un enregistreur d’écran

Pour boucler la boucle, il est intéressant de faire faire des vidéos, des exposés, des présentations par nos étudiant.es, comme dans l’exemple ci-dessus de manière à ce qu’à leur tour, ils puissent partager avec d’autres leur production. Tout dépend bien sûr des étudiant.es et de leurs capabilités numériques.

Il est clair que l’outil en soi ne transforme rien : tout repose sur la scénarisation du cours et sur l’intégration judicieuse de la capsule que vous aurez créée dans l’économie de la séquence. De plus, il est également fondamental de faire varier les supports d’activités, d’alterner envoi de fichiers, de capsules, de quiz en ligne, de productions écrites collaboratives afin de conserver à distance la diversité d’activités que nous avions en classe. Enfin, si l’on veut créer cette continuité vocale avec ses apprenant.es, il est fondamental de créer ses propres enregistrements d’écran.
Ces pistes sont bien sûr à compléter avec les idées que vous voudrez bien partager !

Les gestes en France #1 : vidéos et activités

Faute de vidéos disponibles, mon binôme, Eva Cornejo et moi avons décidé de nous lancer dans la création de petites vidéos, aussi artisanales que spontanées, pour travailler les gestes en France avec notre groupe de débutant.es. Nous avons choisi certains gestes qui évoquent le fait d’en avoir assez, d’avoir trop bu, d’avoir faim, d’exagérer, d’être fou ou folle, de mentir, de sentir une mauvaise odeur, de garder un secret, etc. et de les mettre en scène dans de courts dialogues qui permettent d’en comprendre le sens.

Avec notre groupe, nous avons commencé par montrer la vidéo sans le son, en présentiel et de faire faire des hypothèses à nos apprenant.es. La voici, sans le son https://vimeo.com/396420401/edf5661dcd

Puis, nous avons montré la version avec le son : https://vimeo.com/396412072/b8fc846b89

« 1 lettre 1 sourire », un site pour envoyer des lettres aux personnes âgées isolées #FLE

En cette période de confinement, voici un sympathique site permettant d’envoyer une lettre (virtuelle) aux personnes âgées isolées dans 800 établissements, dont de nombreux EHPAD en France. Créé par 10 cousins et cousines d’une même famille, entre 14 et 24 ans, ce site sert de messager entre ceux et celles qui ont envie de faire quelque chose pour nos anciens et anciennes, et les personnes isolées. Merci pour cette belle initiative !

En tant qu’enseignant.es de FLE, nous pouvons faire d’une pierre deux coups :
faire écrire des lettres à nos étudiant.es étranger.es dans l’idée de faire travailler la langue, comme tâche finale d’une unité pédagogique ou gratuitement. Tous les niveaux sont concernés : j’ai invité mes débutants à écrire une lettre, ce que plusieurs ont fait avec enthousiasme, honorés d’être sollicités pour écrire à des autochtones ! Ils m’ont envoyé leur lettre que j’ai lue et corrigée avec le filtre de mon point de langue (raconter au passé)
– et leur demander d’envoyer leur production écrite à une personne isolée pour lui apporter un petit réconfort : le fait d’avoir un interlocuteur réel donne une dynamique autre au travail d’écriture dans le cadre d’une approche interactionnelle (Christian Ollivier). A quoi s’ajoute, pour nos apprenant.es, l’émotion d’écrire pour une personne qui en a besoin et à qui la lettre apportera un peu d’évasion.

Enfin, du côté des personnes âgées, le fait de recevoir une lettre écrite par une personne qui n’est pas française devrait également apporter son lot d’émotions interculturelles, comme en témoignent, par exemple, le récit de cette demande en mariage à DisneyLand Paris, écrite par une de mes apprenant.es. ou la déception face à l’hiver trop chaud à Pau pour une étudiante venant du Kazakhstan.

Extrait d’une lettre écrite par une apprenante débutante
Extrait d’une lettre écrite par une apprenante débutante

Comment procéder ? C’est très simple. Un formulaire demandant le prénom et le mail est à remplir. Ensuite, il faut choisir si l’on écrit à une dame ou à un monsieur.

La formule de salutation initiale est à choisir dans une liste. Les apprenant.es peuvent ensuite coller le texte de leur lettre et décider de donner leur numéro de téléphone ou pas. On peut aussi envoyer une photo, un dessin, etc.

Un mail de confirmation est enfin envoyé à l’adresse fournie dans le formulaire, avec la lettre écrite en copie.